Demain Nous Appartient

Demain nous appartient : “Comme Raphaëlle, je me suis laissée duper quand j’étais plus jeune”… Les confessions de Jennifer Lauret sur son passé qui font écho à la série de TF1

Dans Demain nous appartient, Stanislas commence à montrer son vrai visage. Mais Raphaëlle refuse de le voir, comme nous l’explique Jennifer Lauret, l’interprète de l’avocate.

Depuis son arrivée à Sète, il y a un an, Raphaëlle Perraud (Jennifer Lauret) n’a pas été épargnée par les tempêtes émotionnelles générées par les scénaristes de Demain nous appartient. Après avoir vu ses désirs de renouer avec son ex-mari, déçu, l’avocate a dû affronter le retour de sa mère, ainsi que les raisons qui l’avaient poussée à l’abandonner, avant de se réconcilier avec elle et de pleurer son départ. De quoi chercher, sinon l’oubli, du moins le réconfort dans la bouteille. Mais aujourd’hui, Raphaëlle semble enfin avoir retrouvé le bonheur dans les bras de Stanislas (Yannick Laurent), un marin bien sous ton rapport. Ou presque.

Raphaëlle victime d’un pervers narcissique
Car sous les traits du séduisant navigateur se cache un pervers narcissique. Et l’avocate, sourde aux avertissements de son entourage et notamment de son père Sébastien (Xavier Deluc), va bientôt se noyer dans les sombres machinations de son compagnon. Manipulée, violentée, cette forte femme qui a l’habitude de défendre les victimes au tribunal, en devient une… Une véritable descente aux enfers dont elle ne sortira pas indemne… Confidences de Jennifer Lauret, qui a évoqué son déménagement pour les besoins de la série.

NetPrince TV : L’été s’annonce mouvementé pour Raphaëlle. Va-t-elle se brûler les ailes ?

Jennifer Lauret : Oui ! Elle s’est fait duper par la marchandise, par l’histoire d’amour « idéale » vendue par Stanislas. Elle a foncé tête baissée. Malgré les signes, elle n’a rien voulu voir. Elle va rester longtemps dans le déni. Et ça va être pour elle le début des ennuis. Quand elle ouvre les yeux, le mal est fait. Cette histoire va bouleverser toute sa vie et tout son entourage.

Stanislas commence par semer la zizanie entre sa fille et elle… Comment procède-t-il ensuite ?

Tout va aller crescendo. Il va tout faire pour isoler Raphaëlle des gens qu’elle aime afin de la garder pour lui. C’est le pervers dans toute sa splendeur, qui a trouvé les failles de Raphaëlle – son manque d’affection et son besoin viscéral d’être aimée – et qui les exploite pour qu’elle coupe les ponts avec entourage. Il va la laminer au quotidien, l’anéantir, montrer son vrai visage. Le public va comprendre les raisons de son comportement. Car rien n’est gratuit chez lui.

“On se sent ridicule, on a honte d’avoir été aussi crédule, de n’avoir rien fait”
Raphaëlle est avocate. A priori, elle a l’habitude des menteurs. Comment expliquez-vous qu’elle se laisse manipuler ?

Quand on a terriblement envie d’être aimée, on occulte tout le reste. Cela a été le cas pour Raphaëlle, d’autant qu’au départ, même sa fille Camille a validé son choix amoureux. Elle s’est donc laissée embourber et elle a fait l’autruche. Je la comprends d’autant mieux que comme Raphaëlle, lorsque j’étais plus jeune, je me suis aussi laissée duper pour les mêmes raisons. Et pourtant, je suis une femme de caractère.

Cette intrigue vous touche donc particulièrement…

Elle me tient à cœur oui. Je pense aussi que beaucoup de femmes, mais aussi d’hommes, ont été confrontés à ce genre d’individus dans la sphère amoureuse, mais aussi amicale ou professionnelle. Et quand on est dans cette situation, on se sent ridicule. On a honte d’avoir été crédule, de n’avoir rien fait. À tel point qu’avouer ses erreurs devient presque impossible.

Comment fait-on pour se reconstruire ensuite ?

Cela dépend de son caractère. Raphaëlle va remonter la pente. Pour elle, c’est une totale remise en question. Mais tout ce qui ne tue pas rend plus fort et elle va se reconstruire tout doucement, grâce notamment aux gens qui l’entourent et qui ne la jugent pas, comme Chloé, Alex, ses collègues. Et de cette épreuve, elle va tirer une force qu’elle insufflera à ses filles.

Les scènes de violences, de confrontation sont-elles difficiles à tourner ?

C’était loin d’être évident et cela m’a remuée. Mais cela m’a aussi permis d’exorciser ce que j’ai pu vivre. C’est une bonne psychothérapie ! Il faut mettre des mots sur les maux pour que ces derniers s’en aillent. Tous ces événements ont eu lieu il y a longtemps. Aujourd’hui, je suis très heureuse et l’exemple que l’on peut se reconstruire.

Retrouvez “Demain nous appartient” du lundi au vendredi sur NetPrince TV.